Dépendance Aux Jeux Vidéo Que Les Parents Devraient Reconnaître

 Dépendance Aux Jeux Vidéo Que Les Parents Devraient Reconnaître

Les jeux vidéo sont devenus la norme chez les enfants et les adolescents. Les ordinateurs, les Xbox et les appareils portables permettent de jouer facilement à un jeu à tout moment et en tout lieu. Si de nombreux parents se félicitent du répit qu’apportent ces jeux, lorsque les enfants passent tout leur temps à jouer, les parents peuvent vouloir commencer à rechercher des signes de dépendance aux jeux vidéo.

Des signes de dépendance aux jeux vidéo apparaissent lorsque les enfants et les adolescents commencent à négliger d’autres aspects de leur vie pour jouer à des jeux vidéo. Si, en tant que parent, vous vous demandez si votre enfant ne passe pas trop de temps à jouer, voici dix signes de dépendance aux jeux vidéo à prendre en considération.

Signes psychologiques de la dépendance aux jeux vidéo

  1. Changements d’humeur

    Un enfant (ou un adolescent) qui passe de la grincheuse au calme et à la détente lorsqu’il joue à des jeux vidéo peut présenter un signe de dépendance aux jeux vidéo. Avec le temps, un enfant peut commencer à se tourner vers les jeux vidéo comme moyen de faire face aux problèmes difficiles de la vie.

  • Symptômes de sevrage

    Lorsqu’il est privé de ses droits de jouer à des jeux vidéo ou incapable de jouer, un enfant éprouvera des sentiments de colère et de frustration, tout comme un toxicomane alimentaire ou un joueur qui se replierait sur lui-même s’il était incapable de manger ou de jouer.

  • Préoccupation pour les jeux vidéo

    Le fait de se préoccuper d’une poursuite est un signe essentiel de toute forme de dépendance. Les enfants qui mangent, boivent, dorment et parlent de jeux vidéo lorsqu’ils ne sont pas engagés dans cette activité sont devenus préoccupés ou obsédés par celle-ci.

Signes physiques de la dépendance aux jeux vidéo

  1. Mauvaise hygiène personnelle

    Comme pour toute dépendance, les adolescents se perdent dans l’activité au point de négliger même les tâches quotidiennes les plus essentielles. Avec le temps, un adolescent consacrera moins de temps à son apparence et à la propreté en général.

  • Problèmes physiques

    Des heures et des heures de jeu vidéo ont inévitablement des conséquences sur le corps, même celui d’un enfant ou d’un adolescent. La fatigue oculaire entraîne une sécheresse ou une rougeur des yeux. Les douleurs aux doigts, au dos ou au cou sont également fréquentes. Des plaintes de maux de tête peuvent également commencer à se produire fréquemment.

Signes comportementaux de la dépendance aux jeux vidéo

  1. Baisse de l’intérêt pour les performances scolaires

    Comme pour tout comportement de dépendance, plus une personne s’adonne à une poursuite de la dépendance, plus elle veut s’y adonner. Dans ces circonstances, il est inévitable que l’intérêt pour le travail scolaire commence à diminuer.

  • Perte d’intérêt pour d’autres activités

    Dans le domaine des jeux vidéo, les enfants (ou les adolescents) sujets à la dépendance passent de plus en plus de temps aux commandes du jeu. Des activités autrefois appréciées commenceront à être abandonnées au fur et à mesure que la dépendance aux jeux vidéo s’installera.

  • Agressivité accrue

    Toute personne qui tente de limiter ou d’empêcher l’enfant de jouer est confrontée à l’hostilité et/ou à l’agressivité.

Signes relationnels de la dépendance aux jeux vidéo

  1. Isolation

    Un enfant accro aux jeux vidéo voudra passer de moins en moins de temps avec ses amis et sa famille. Pour certains enfants/adolescents, un isolement excessif peut indiquer qu’un problème émotionnel sous-jacent, tel que la dépression, est à l’œuvre.

  • Conflits avec les autres

    Lorsqu’il est confronté au temps passé à jouer à des jeux vidéo, un enfant ment, blâme les autres ou devient argumentatif. Avec le temps, les relations avec les amis et la famille commencent à souffrir de négligence.

La dépendance aux jeux vidéo est un véritable problème de santé mentale qui touche des millions de personnes dans le monde.

L’Organisation mondiale de la santé la reconnaît comme « trouble du jeu » dans sa classification internationale des maladies (CIM-11) comme « un comportement de jeu persistant ou récurrent, qui peut être en ligne ou hors ligne, se manifestant par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité croissante accordée au jeu dans la mesure où le jeu prend le pas sur les autres intérêts de la vie et les activités quotidiennes et la poursuite ou l’intensification du jeu malgré l’apparition de conséquences négatives ».

En règle générale, un joueur dépendant aura un niveau de gravité entraînant « une altération significative de son fonctionnement personnel, familial, social, éducatif, professionnel ou dans d’autres domaines importants », et le comportement de jeu est « normalement évident sur une période d’au moins 12 mois afin qu’un diagnostic puisse être posé, bien que la durée requise puisse être raccourcie si toutes les conditions de diagnostic sont remplies et que les symptômes sont graves ».

Bien que des milliards de personnes jouent aux jeux vidéo, la majorité d’entre elles ne sont pas dépendantes de ces jeux, et l’Organisation mondiale de la santé estime que le nombre de personnes dépendantes est de 3 à 4 %. La différence entre un loisir sain et amusant et une dépendance au jeu est l’impact négatif que cette activité a sur votre vie.

Nathalie Dupont

Nathalie Dupont

Related post